Un nouvel agriculteur

JokinPar une décision du 8 février 2012, le conseil municipal  a loué, par un bail à ferme pour une durée de neuf années, à Mr Jokin CALDUMBIDE, un terrain agricole sur lequel il cultivera des plantes aromatiques et médicinales.
L’ ensemble foncier se situe au lieudit Allechar Ouest et est composé de deux parcelles :
 Parcelle BC n°31 d’une superficie de 1ha 73a 43ca situé en zone A,
 Parcelle BC n° 34 d’une superficie de 48 a12ca répertoriée au P.L.U en tant qu’espaces boisés
classés à conserver


La location est soumise au statut des baux à ferme, le seuil d’application dudit statut étant d’un hectare en plaine et 50 ares dans les communes et parties de communes classées en zone de montagne et comporte des contraintes environnementales
(incitation à la mise en œuvre de pratiques culturales respectueuses de l’environnement, interdiction d’utiliser les produits phytosanitaires de synthèse…) .

Romarin mélisse, verveine, menthe, guimauve, agastache, origan, marjolaine… Depuis plus d’un an, Jokin Çaldunbide se penche chaque jour sur les plantes aromatiques et médicinales qu’il cultive.
Il bêche, il sarcle, il cueille feuilles et fleurs au fil de leur pousse et des saisons. Direction ensuite le séchoir où il laisse sécher sa récolte entre quatre à dix jours dans l’obscurité, « pour ne pas altérer leurs propriétés », relève le phytologue qui met ensuite en sachets toute sa production.
D’animateur à herbaliste
Jokin Çaldunbide n’a pas toujours été au cœur des plantes. Voilà quelques années, l’homme était encore animateur à la radio Gure Irratia. Jusqu’au jour où il a voulu se rapprocher de la terre.
« J’ai suivi une formation de deux ans de phytologue herbaliste. Puis obtenu un diplôme professionnel en plantes aromatiques et médicinales. »
Restait à trouver la terre en Pays basque. « J’ai contacté de nombreuses communes. Et Arbonne m’a répondu : la commune était propriétaire de parcelles à destination agricole. L’une d’elle s’étendait sur deux hectares et demi. » Depuis 2012, la commune s’est engagée dans un projet agricole afin de conforter et diversifier l’activité agricole existante, favoriser l’installation de paysans, notamment en productions nouvelles, ou encore aller vers des pratiques agricoles qui contribuent à la préservation de l’environnement.

Arbonne et l’agriculteur ont trouvé un terrain d’entente. « Il n’existe que trois autres cultivateurs de plantes aromatiques et médicinales au Pays basque, poursuit Jokin Çaldunbide. Et je voulais m’engager dans l’agriculture biologique. »
Un bail signé avec la mairie
Un bail de neuf ans a donc été signé entre les deux parties. « La parcelle était longtemps en prairie. Je pouvais commencer sans délai. Avec l’association BLE, nous avons fait une analyse poussée du sol afin de mettre en place les techniques culturales. »
Quand il ne cultive pas sa terre, l’herbaliste part à la cueillette de plantes sauvages. « Pour les faire certifier bio, j’envoie une photo à l’organisme certificateur qui indique les quantités cueillies. »
Avec l’hiver qui approche, Jokin Çaldunbide va bientôt laisser sa terre se reposer. Il s’attellera à vendre sa production en circuit court. « J’ai des contrats avec des Amap (1). J’irai aussi faire les marchés fermiers. »
(1) Association pour le maintien d’une agriculture paysanne.