FIN DE L’OCCUPATION DU STADE PAR LES GENS DU VOYAGE

LA MAIRIE D’ARBONNE OBTIENT GAIN DE CAUSE

Les membres de la Communauté des gens du voyage, qui occupaient illicitement le terrain de foot communal depuis le vendredi 4 août dernier, ont quitté les lieux mercredi 9 Août.
Face à cette regrettable situation, la municipalité (accompagnée par l’Agglomération Pays Basque) a de suite usé de tous les recours possibles pour obtenir une condamnation et par conséquent une évacuation dans les meilleurs délais. C’est ainsi que Mme le Maire, dès constatation de l’installation illicite, a saisi à la fois le Préfet des Pyrénées Atlantiques pour l’obtention d’un arrêté de mise en demeure de quitter les lieux, puis le Tribunal des Grande Instance pour l’obtention d’une ordonnance d’évacuation.
La légitimité de l’action de la mairie d’Arbonne a été reconnue par le TGI : l’illégalité de l’occupation est caractérisée et la procédure de la requête qui a abouti à l’ordonnance d’évacuation a été validée dès le mardi 8 août. Nous serons dorénavant en position de force grâce à l’efficacité de cette procédure.
La Communauté a pris acte de la décision de justice et a quitté les lieux le 9 Août. Il importe de souligner la bonne intelligence et l’esprit de responsabilité dont ont su faire preuve les gens du voyage lors de cette évacuation, qui s’est opérée sans recours à la force de police.

Il reste maintenant à la commune à remettre en état le terrain de foot et ses abords, pour permettre à l’Arbona Football Club de bénéficier de conditions aussi satisfaisantes que possible pour la reprise des entraînements fixée à la fin du mois d’août, puis à étoffer davantage le dispositif anti-intrusions sur le stade. La Mairie y procède dès cette après-midi.

La question de fond concernant l’accueil des gens du voyage n’est pas pour autant réglée. Le schéma départemental des gens du voyage  prévoit la réalisation d’aires d’accueil dans 22 communes de plus de 5000 habitants sur les Pyrénées Atlantiques. Il n’est pas respecté à ce jour, ce qui fait naître chaque été confusions et des polémiques. Il est urgent que le Communauté d’agglomération Pays Basque, compétente en la matière, se penche sur cette question. En tout état de cause , il n’est pas normal qu’ Arbonne ou d’autres petites communes non concernées par la réglementation subissent les conséquences de cette situation.